Une spiritualité sans Dieu

 

 

Nous sommes tellement habitués, depuis 20 siècles d’Occident chrétien, à vivre dans des sociétés où la seule spiritualité socialement disponible était une religion, en l’occurrence le christianisme pour la très grande majorité des Français, qu’on a fini par croire que ces deux mots de religion et de spiritualité étaient synonymes ; auquel cas, effectivement, mon sous-titre serait non seulement paradoxal mais contradictoire. « Spiritualité », si cela signifiait « religion », au sens occidental du terme, cela voudrait dire croyance en Dieu. De sorte que parler de spiritualité sans Dieu serait une contradiction dans les termes. Mais c’est bien sûr cette synonymie que je conteste.

Ces deux mots, « religion » et « spiritualité » ne sont pas du tout des synonymes. Certes la religion relève de la spiritualité, mais il y a aussi d’autres spiritualités non religieuses. Au moins non religieuses au sens occidental du terme, au sens où la religion suppose une croyance en Dieu. Il suffit pour s’en rendre compte de prendre un peu de recul, à la fois dans le temps, du côté des sagesses grecques, et dans l’espace, en se tournant vers l’Orient bouddhiste ou taoïste, pour découvrir qu’il a existé et qu’il existe encore d’immenses spiritualités qui ne sont en rien des religions, au sens occidental du terme, qui ne sont en rien des croyances en Dieu. Et c’est bien sûr dans ce courant que je m’inscris. Parce qu’enfin, qu’est-ce que la spiritualité ?

COLOMBE

Vous savez qu’en latin « spiritus » d’où vient le français « spiritualité »), cela veut dire l’esprit. La spiritualité, c’est la vie de l’esprit. Eh bien, que je sache, les athées n’ont pas moins d’esprit que les autres.

Pourquoi auraient-ils moins de spiritualité ? Pourquoi s’intéresseraient-ils moins à la vie spirituelle ? Toujours est-il que, pour ma part, je m’y suis toujours intéressé. Déjà du temps de mon adolescence, quand j’étais chrétien pratiquant, mais depuis que je ne crois plus en Dieu cela m’intéresse encore plus, ce qui peut paraître paradoxal.

En ce sens donc, tout relèverait de la spiritualité : la psychologie, le cinéma, la littérature, la politique, la comptabilité, etc. En un sens plus strict, la spiritualité, c’est la vie de l’esprit, en particulier dans son rapport à l’infini, à l’éternité, à l’absolu. Autrement dit, la vie spirituelle, c’est notre rapport fini à l’infini, notre rapport temporel à l’éternité, notre rapport relatif, évidemment relatif, à l’absolu. En ce sens, la spiritualité culmine dans que l’on appelle une expérience mystique.

 Françoise Salaün  partage un Extrait de : La dimension spirituelle de l’homme par André Comte-Sponville et Maurice Bellet

 

 

Mots-clefs :, , , ,

Auteur :francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Amoureusea55ans |
concourspitch2 |
Khattou pierre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lelabadieblog
| Bigotjohan
| Guide de l'ARH débutant