Le manque et la plénitude

 

 

Lorsque l’on travaille sur Soi et que l’on change les schémas de notre pensée, on se rend vite compte qu’il n’est pas simple d’abandonner des détails qui nous sont familiers. La simplicité et l’apparent dénuement nous laissent souvent une sensation de vide.

Il semble logique d’ailleurs qu’à l’aune de la dualité de notre Petit Mental, abandonner nos émotions et nos pensées nous précipite dans un état de manque. Plus nous abandonnons nos comportements « intérieurs » plus nous éprouvons de la plénitude et nous sentons nourris. C’est la preuve que nous apprenons le contact avec l’essentiel.

Dans notre paysage intérieur, ce sont les blessures d’amour-propre, les déceptions, les obligations, les contraintes, les attentes, les fantasmes, les critères de séduction ou de succès, de réussite qui nous encombrent. Après le travail sur Soi, tout cela prendra moins de poids et sera relégué à une place plus juste. Dans les périodes difficiles, nous nous concentrons sur les dommages, sur la souffrance souvent causée par des pertes ou par la nécessité d’abandonner des comportements devenus obsolètes. Si nous avons gardé le contact avec l’essentiel, avec l’étoile qui nous guide, et découvrir son côté inaltérable, la souffrance diminue et nous trouvons alors le réconfort.

Lorsque nos tourments intérieurs nous agitent, nous sommes déstabilisés et nos décisions, prises avec fébrilité, seront basées sur la satisfaction de considérations éloignées de nos aspirations profondes telles que faire plaisir à des proches, satisfaire des croyances, se prouver quelque chose à soi et aux autres, prendre une revanche, éviter la souffrance… Il n’y a là aucune marque de sérénité, ni de stabilité.

En revanche, lorsque la stabilité préside à nos prises de position, les choix sont le reflet de nos vraies aspirations, celles de l’être intérieur. Chaque décision prise ainsi sera comme un pas japonais qui balise le chemin vers la rencontre avec soi.

Nettoyés de nos habitudes de pensées néfastes, on se sent alors beaucoup plus compact, plus cohérent avec soi-même, ce qui crée une impression d’équilibre et de plénitude. Beaucoup de sensations « annexes » devenues inules ont disparu pour laisser entrevoir l’essence de l’ETRE.

A ce stade, nous passons alors par 3 stades :

Le recentrage : pour recevoir et supporter le poids de ces responsabilités, notre socle de stabilité ne doit pas vaciller mais être suffisamment solide pour conserver l’équilibre ; tandis que l’être humain doit apprendre à le découvrir et à la cultiver, il devra s’affranchir de tout ce qui pourrait l’ébranler – ses doutes, ses peurs, ses émotions, son manque de confiance, sa peur de l’amour. Ce n’est qu’au travers d’une recherche de son CENTRE, de son AXE, là où l’équilibre peut naître que l’être peut se rencontrer. On entreprendra cette démarche de recentrage pour sentir que l’on est aidé en cela !

Trouver sa voie : c’est trouver la direction à prendre, l’étoile qui va me guider. On ne l’atteint jamais, mais elle est un repère rassurant pour traverser nos périodes d’obscurité. C’est être capable de définir les priorités de notre vie, de savoir quel est notre but – gagner beaucoup à se rendre utile aux autres, découvrir le monde, éduquer ses enfants, rechercher le bonheur, apprendre l’estime de soi et l’amour… l’ego est sollicité pour répondre à la question « quelle est ma vie »

Trouver le sens de sa vie : Dans cette phase, l’ego n’est palus sollicité, c’est l’être intérieur qui répond à nos questionnements.

Laissez bien les réponses remonter de vos profondeurs car c’est de là qu’elles proviennent. Pour les entendre, il convient de ranger le bric à brac intérieur afin que les perturbations prennent moins de place et libèrent un espace pour vos réponses.

EN RESUME : Pour qui n’a qu’une vision physique de l’être humain, répondre à une question semble s’adresser uniquement au cerveau et au mental. L’intelligence mentale s’élargit dès que nous intégrons les immenses capacités de notre Grand Mental et du corps énergétique. Une question mobilise dans le corps énergétique des circulations d’énergies spécifiques qu’il est possible de ressentir dans le corps physique. Les sensations sont en rapport étroit avec la question et les observer apporte un complément d’informations qui l’enrichit.

D’une manière analogue, dans la réflexion préliminaire à une prise de décision, pensez toujours à écouter ce que votre corps veut vous suggérer. Si vous êtes emporté par le flot de vos pensées ou de vos émotions, pensez à les ramener au PRESENT.

Un conflit se joue toujours entre l’essentiel et les détails, entre l’agitation intérieure et la stabilité qui est nichée au fond de notre inconscient, entre l’ego troublé par une foule dense d’informations qu’il ne sait pas gérer et l’être intérieur qui a besoin de stabilité. C’est ce trouble qui nous pousse à demander aux autres, à nous tourner vers eux et à les investir d’un pouvoir, à leur donner une procuration pour prendre des décisions ou répondre à notre place.

Bonne route à vous !

 

 Françoise Salaün en partage

 

Mots-clefs :, , , , , , ,

Auteur :francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

SUIVRE CE BLOG

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Blog travel lifestyle |
net with web |
Célèbre Maître Marabout PAP... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Piperineforte
| Trioxhydre
| L' Hôtellerie Restaura...