Ce Qu’est l’intelligence

 

Creusons la question patiemment et tout doucement, et allons à la découverte. Découvrir n’est pas tirer une conclusion. Je ne sais pas si vous voyez bien la différence.

Dès l’instant où vous tirez une conclusion quant à la nature de l’intelligence, vous cessez d’être intelligent. C’est ce qu’ont fait la plupart des adultes: ils ont tiré des conclusions, ils ont par conséquent cessé d’être intelligents. Vous venez donc à l’instant de faire une découverte, à savoir qu’un esprit intelligent est celui qui apprend sans cesse, mais ne conclut jamais.

Qu’est-ce que l’intelligence ? La plupart des gens se contentent d’une définition de ce qu’est l’intelligence. Soit ils disent: « C’est une bonne explication », soit ils préfèrent leur propre explication. Or un esprit qui se contente d’une explication est très superficiel, donc sans intelligence.

Vous commencez déjà à voir qu’un esprit intelligent est celui qui ne se contente pas d’explications, de conclusions toutes faites, ce n’est pas non plus un esprit qui croit, car la croyance n’est qu’une autre forme de conclusion. Un esprit intelligent est un esprit curieux, observateur, un esprit qui apprend, qui étudie. Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’il n’y a d’intelligence qu’en l’absence de peur, que lorsqu’on est prêt à se rebeller, à braver tous les rouages de l’ordre social établi afin de découvrir la vérité sur la nature de Dieu ou sur toute autre question.

L’intelligence n’est pas le savoir. Si vous pouviez lire tous les livres du monde, cela ne vous conférerait pas l’intelligence. L’intelligence est quelque chose de très subtil ; elle n’a pas d’ancrage définitif. Elle ne voit le jour que lorsque vous comprenez l’ensemble du processus de l’esprit – votre propre esprit, pas l’esprit tel que le conçoit quelque Maître ou philosophe. Votre esprit est le résultat de l’ensemble de l’humanité, et, lorsque vous comprenez cela, inutile d’étudier le moindre livre, car l’esprit contient tout le savoir du passé. L’intelligence naît donc avec la connaissance de soi, et vous ne pouvez vous comprendre que dans votre rapport à l’univers des êtres, des choses et des idées. L’intelligence n’est pas comme le savoir: elle ne s’acquiert pas.

Elle naît dans un surgissement d’immense révolte, autrement dit quand toute peur est absente et qu’un sentiment d’amour est là. En effet, quand la peur est absente, l’amour est là.

Si vous ne vous intéressez qu’aux explications, je crains bien que vous n’ayez l’impression que je n’ai pas répondu à votre question. Demander ce qu’est l’intelligence, c’est comme demander ce qu’est la vie. La vie, c’est l’étude, c’est le jeu, le sexe, le travail, les disputes, l’envie, l’ambition, l’amour, la beauté, la vérité – la vie, c’est tout à la fois, n’est-ce pas ? Mais dans la plupart des cas nous n’avons pas la patience, la motivation et la persévérance suffisantes pour pousser l’investigation jusqu’au bout.

De même, si je suis stupide et si je décrète que je dois devenir intelligent, l’effort visant à devenir intelligent n’est rien d’autre qu’un cran de plus dans la stupidité ; car ce qui compte, c’est de comprendre la stupidité. Quels que soient mes efforts pour devenir intelligent, ma stupidité demeurera. Je peux, certes, acquérir un vernis superficiel de connaissances, être capable de citer des livres, des passages de grands auteurs, mais fondamentalement je resterai stupide. Alors que si je vois et comprends la stupidité telle qu’elle s’exprime dans ma vie quotidienne – dans mon comportement envers mon domestique, dans mon attitude envers mon voisin, envers le pauvre, le riche, l’employé de bureau -, cette prise de conscience même entraîne la disparition de la stupidité.

Essayez. Observez-vous en train de vous adresser à votre domestique, observez l’immense respect avec lequel vous traitez un gouverneur, et le peu de respect dont vous faites preuve envers l’homme qui n’a rien à vous offrir. Vous commencez alors à découvrir à quel point vous êtes stupide, et c’est en comprenant cette stupidité qu’apparaît l’intelligence, la sensibilité. Vous n’avez pas besoin de devenir sensible.

Celui qui s’efforce de devenir autre est un être laid, insensible, mal dégrossi.

 

Le sens du bonheur de Jiddu Krishnamurti

 

 

Mots-clefs :, , , , , ,

Auteur :francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

SUIVRE CE BLOG

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Blog travel lifestyle |
net with web |
Célèbre Maître Marabout PAP... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Piperineforte
| Trioxhydre
| L' Hôtellerie Restaura...