Trouver du goût à sa vie

 

Travailler pour pouvoir manger, pour pouvoir se permettre certains plaisirs, se mettre à l’abri sous le toit d’une maison. Lorsque l’on vit uniquement dans ce paramètre, automatiquement l’individu s’aperçoit que dans le cadre professionnel il y a de nombreuses ambitions, de la compétition, qu’il y a de nombreux obstacles, donc c’est une source de traumatismes, de complexes et il dit non.

Lorsqu’il veut un toit pour se protéger, il s’aperçoit qu’il doit gagner de l’argent, et pour gagner de l’argent, il faut qu’il retourne dans le professionnel et à ce moment-là, il dit non. Si bien, qu’au fur et à mesure qu’il dit non à une multitude de choses, cet individu se retrouve exclu de la société.

Ce qu’il faut donc faire à ce moment-là, ce n’est pas simplement essayer de retrouver goût à la société, essayer de lui trouver de bons côtés, de faire quand même malgré tout, en attendant avec espoir qu’un nouveau monde arrive et qu’il va balayer l’ancien monde et que tout ira mieux avec un nouveau Messie, avec de nouveaux dogmes et de nouvelles lois.

Il ne faut pas simplement voir les choses de la sorte, il faut se donner une nouvelle vision de la vie elle-même, donc de la société tout entière. Si l’individu vit la société que pour les termes que je viens d’expliquer, il va nécessairement se retrancher et devenir marginal que ce soit au nom de Dieu ou par refus de cette société.

Cependant, si l’on a une vision holistique de la vie, une vision initiatique de la vie, non seulement l’individu va retrouver une très forte envie de vivre, mais en plus, il va se trouver les prétextes pour exister. Ce qui fait que sa profession ne sera plus simplement l’endroit où bêtement il va gagner soin pain, la profession sera en même temps l’endroit, grâce aux frictions que cet endroit permet avec des collègues, l’endroit où l’individu va développer des qualités ou affirmer sa force.

Rien n’est fait pour que tu sois submergé par l’obstacle, je te le dis. La société, la vie, toutes ces choses-là ne sont pas organisées pour que tu sois submergé par un tas de contraires qui seraient contraires à Dieu. Tout est un, ta vie, la vie de Dieu, ta vie professionnelle, affective, humaine. Tout est Dieu, tout est un. Il n’y a pas toi, ton âme vivant d’un côté et ta spiritualité qui essaie petit à petit de s’incorporer dans la personnalité.

Les choses ne sont pas séparées, il n’y a aucune séparation et c’est en voulant croire qu’il existe des séparations entre Dieu et la matière, entre Dieu et la société, entre la spiritualité et la vie traditionnelle, c’est en croyant à cette séparativité que l’homme s’achemine vers un anéantissement, vers un manque de goût pour la vie, un manque de force et vers l’impossibilité de déboucher un jour dans l’initiation. Il n’y a pas trente-six manières de devenir un initié.

Françoise Salaün  partage « La Conscience Universelle »

 

Mots-clefs :, , , , , , ,

Auteur :francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

SUIVRE CE BLOG

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Blog travel lifestyle |
net with web |
Célèbre Maître Marabout PAP... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Piperineforte
| Trioxhydre
| L' Hôtellerie Restaura...