Être « intégré » n’exige aucune discipline

 

 

En d’autres termes, si je fais ce qui est bien, ce qui est intrinsèquement vrai, ce qui est réellement beau, et que je le fais de tout mon être, il n’y a en moi nulle trace de contradiction et je ne fais pas que me conformer. Si ce que je fais est totalement bon et juste – juste en soi, et pas selon les dires d’une quelconque théorie hindoue ou communiste, mais juste de toute éternité, juste en toutes circonstances -, alors je suis un être humain intégré, et je n’ai nul besoin de discipline. L’école n’a-t-elle pas pour rôle de faire éclore en vous ce sentiment de confiance intégrée, de sorte que ce que vous faites n’est pas simplement ce que vous souhaitez faire, mais ce qui est fondamentalement juste, éternellement vrai ?

Si l’on aime, la discipline est superflue, n’est-il pas vrai ? L’amour apporte sa propre compréhension créatrice, il s’ensuit que toute résistance, tout conflit disparaît ; mais aimer en ayant cette intégration intérieure totale n’est possible que lorsqu’on se sent parfaitement rassuré, tout à fait à l’aise, surtout quand on est jeune.

Cela veut dire, en fait, que l’éducateur et l’élève doivent avoir une immense confiance réciproque, sinon nous créerons forcément une société aussi répugnante et destructrice que celle d’aujourd’hui. Si nous sommes capables de comprendre la portée de l’action totalement intégrée – c’est-à-dire sans contradiction et ne nécessitant donc aucune discipline -, je pense que nous ferons naître une forme de culture tout à fait différente, une nouvelle civilisation. Mais si nous ne faisons que résister, réprimer, alors ce qui est réprimé rebondira inévitablement dans d’autres directions, entraînant diverses activités malfaisantes et autres événements destructeurs.

Il est donc capital d’appréhender toute cette question de la discipline. A mes yeux, la discipline est une chose tout à fait hideuse ; elle n’est pas créatrice, mais destructrice.

Mais s’en tenir à une telle déclaration lapidaire pourrait laisser entendre que vous pouvez simplement faire tout ce qui vous plaît. Au contraire, celui qui aime ne fait pas  tout ce qui lui plaît. Seul l’amour mène à l’action juste. Ce qui amène l’ordre dans le monde, c’est d’aimer et de laisser l’amour faire ce que bon lui semble.

 

 Françoise Salaün partage  Krishnamurti 1963 dans « Le sens du bonheur »

 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , ,

Auteur :francesca7

Administratrice du forum LA VIE DEVANT SOI sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

SUIVRE CE BLOG

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Blog travel lifestyle |
net with web |
Célèbre Maître Marabout PAP... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Piperineforte
| Trioxhydre
| L' Hôtellerie Restaura...